Analyse des deux profiles d'un écrivain : jardinier ou architecte
Écrivain en herbe

Auteur Jardinier ou auteur Architecte : Quel écrivain es-tu ?

Si vous vous intéressez de près ou de loin au monde de l’écriture, ou si vous vous êtes lancé dans la rédaction d’un roman, vous avez peut-être entendu parler des Jardiniers et des Architectes, deux qualificatifs pour les auteurs en devenir que nous sommes. 

Quand on décide de rédiger son premier roman, il est parfois difficile de savoir par où commencer, comment appréhender l’exercice. Les idées foisonnent dans nos têtes, les personnages prennent vie dans notre imaginaire et il est à présent temps de coucher leurs aventures sur papier. 

Entre concevoir une histoire dans son esprit et prendre son clavier ou son stylo pour la raconter, il existe un fossé qui peut s’avérer impossible à surmonter. Nous nous sommes tous déjà inventés une vie faite de péripéties rocambolesques ou d’amour passionné. Il est facile de se l’imaginer, mais bien plus complexe de la faire naître à travers nos mots. Certains ne franchiront jamais le cap, d’autres s’y essaieront et se confronteront à un mur. 

Il existe toujours un moyen de franchir un mur. 

Certains tâtonneront pendant un moment, cherchant la meilleure technique pour créer leur roman, tandis que d’autres fonceront tête baissée dans la rédaction de leur histoire, en suivant leurs idées.

C’est donc ainsi que l’on distingue deux types d’écrivains : les Jardiniers et les Architectes.   

Qu’est-ce qu’un auteur Jardinier ? 

Face à sa page blanche, l’auteur Jardinier procède de manière instinctive. L’idée de son roman en tête, il se lance dans l’écriture et laisse parler son imagination ainsi que ses personnages et adapte son récit en fonction de l’évolution de l’histoire. 

« Les Jardiniers creusent un trou, y plantent une graine et attendent de voir ce qui arrive. » George R. R. Martin.

Je ne partage pas entièrement la vision de l’auteur de la saga à succès Game of Thrones. Qui suis-je pour remettre en cause la parole d’un écrivain aussi célèbre, me direz-vous ? 

S’il est vrai que l’écrivain de type Jardinier commence la rédaction de son roman sans réelle préparation, il est néanmoins nécessaire de connaître les bases de son univers et les caractéristiques principales de ses personnages avant de pouvoir créer une histoire. Là où le Jardinier se distingue de l’Architecte, c’est dans sa manière de procéder avec les éléments dont il dispose avant de commencer à écrire. Il ne suffit pas de jeter un mot au hasard, pour reprendre la comparaison, et d’attendre que le roman s’écrive tout seul. Le travail d’effort reste conséquent, bien que le Jardinier conçoive l’élaboration de son ouvrage d’une manière plus ouverte et imaginative. 

Là où l’auteur Jardinier doit concentrer ses efforts, c’est dans le travail de relecture et de réécriture. Il est difficile de rédiger un parfait manuscrit du premier coup et c’est d’autant plus vrai quand l’on ne s’y prépare pas un minimum. Si le Jardinier a cette liberté d’écriture qui peut lui permettre d’avancer plus rapidement dans son roman, il devra néanmoins passer un temps conséquent à corriger ses écrits et à les retravailler afin d’atteindre le niveau d’excellence exiger par les maisons d’éditions et les lecteurs, s’il souhaite éditer son roman.

Qu’est-ce qu’un auteur Architecte ? 

Au contraire d’un auteur Jardinier, l’Architecte a besoin d’une certaine préparation avant de pouvoir se lancer dans l’écriture de son roman. Cette préparation peut prendre la forme de fiches personnages, d’un plan plus ou moins détaillé, de résumés de chapitres, etc. En général, l’Architecte connait tous les tenants et aboutissant de son roman avant de commencer à écrire, depuis la situation initiale jusqu’au dénouement final, en passant par l’élément perturbateur et les péripéties, ce qui n’est pas toujours le cas de l’auteur Jardinier

Ainsi, un auteur Architecte a une maîtrise plus importante de son récit, mais une liberté plus restreinte. Cette sécurité que représente ce temps de préparation permet à l’auteur Architecte d’appréhender l’exercice d’écriture de manière plus sereine et d’éviter ce que l’on appelle le syndrome de la page blanche. À contrario, ce type d’écrivain se permettra beaucoup moins d’écart dans le plan qu’il a au préalable constitué et réfléchira à deux fois avant d’intégrer un personnage ou une péripétie qu’il n’avait initialement pas prévu. 

Une fois son premier jet terminé, l’écrivain Architecte peut appréhender l’étape de relecture et d’écriture l’esprit libre, puisqu’il lui suffira de reprendre ses fiches et de s’assurer que tous les éléments qu’il avait prévus soient bien présents dans son récit et que l’histoire ainsi que ses personnages respectent la ligne directrice qu’il avait établi au préalable.

Les outils utilisés par l’auteur Architecte peuvent être multiples : carnets, logiciels d’écriture, tableaux Excel,… sont autant de moyens pour cet écrivain d’organiser ses idées et son roman. 

Après ce premier travail de rédaction, il sera en revanche plus compliqué pour un auteur Architecte d’introduire dans son récit des éléments qu’il n’avait pas envisagé lors de la planification de son ouvrage. L’écrivain peut alors se retrouver dérouté face à cette nouveauté inattendue, mais peut-être essentielle pour son histoire. 

Quel profil d’écrivain dois-je adopter pour venir à bout de la rédaction de mon roman ?

Pour avoir expérimenté les deux types d’auteurs, je dirais qu’il est essentiel d’être à la fois Jardinier et Architecte.

Je m’explique : 

J’ai débuté la rédaction de mon premier roman comme un Jardinier, c’est-à-dire sans préparation. J’ai laissé mon histoire et mes personnages évoluer sous mes doigts et je ne me suis interdit aucune liberté pendant la rédaction. Si cette méthode d’écriture m’a aidée à venir à bout de mon premier jet sans perdre de temps en préparation, je me retrouve aujourd’hui face à un travail colossal de réécriture, qui aurait pu être amoindri avec un minimum de préparation.

Quel que soit le genre de roman que l’on souhaite écrire, il me parait essentiel de coucher sur papier le profil de ses personnages, ainsi que le déroulé de son histoire, pour éviter de s’égarer au cours de la rédaction et de perdre de vue la finalité initiale de son ouvrage.

En fonction de votre profil dominant, vous pouvez tout à fait pousser la préparation à son maximum ou vous contenter de courtes fiches et d’un plan succinct. Il est également important de conserver une part de liberté pendant l’écriture, afin de ne pas se sentir brider. 

Un auteur est avant tout un artiste de l’esprit dont l’imagination se doit d’être cultivée pour créer le plus beau des jardins et construire la plus solide des maisons. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *